Recherche dans le blog

ACTUALITES

Nous avons parfois des actualités que nous présentons dans cette catégorie.

Téléchargez le guide

Halte à la pollution du plastique : la mer Méditerranée au bord de l’asphyxie

    Si vous avez écouté ou lu vos médias préférés ces derniers jours, vous n’avez pas pu échapper à l’info du moment, reprise en boucle après la parution du rapport de WWF sur la pollution de la mer Méditerranée : la Méditerranée, berceau de nombreuses civilisations, est complètement polluée et à ce rythme, on ne donne pas cher de la survie de la faune et de la flore de celle qui participe pourtant à la renommée des pays qui la bordent.

    Méditerranée, la mer de plastique : une pollution mortifère

    Bien sûr, dans ces cas-là, comme pour toute pollution ou dégradation du bien commun, c’est à celui qui renverra le plus fort la balle à son voisin : « c’est pas ma faute à moi ! »

    Le rapport WWF parle principalement de la pollution de la mer Méditerranée par le plastique :

    600 000 tonnes de plastique rejetées à la mer, tous pays confondus, soit d’après Ludovic Frère-Escoffier, responsable du programme vie des océans chez WWF : « l’équivalent de 34 000 bouteilles de plastique jetées dans la Méditerranée chaque minute ».

    On incrimine les bateaux de croisière qui sillonnent la grande bleue et sont de plus en plus nombreux à rejeter eaux sales et hydrocarbures, oxyde de soufre et autres polluants.

    On jette l’opprobre sur les industries polluantes qui ne recyclent pas assez et emploient des produits nocifs.

    On critique les politiques qui ne font rien ou si peu, pondent des rapports et d’autres rapports pour étudier les rapports et au final, ne votent aucune loi sérieuse, laissant la part belle aux intérêts économiques et financiers.

    Mais c’est surtout nous-mêmes, tous autant que nous sommes, qu’il faut montrer du doigt. Vous, moi, nous tous qui ne faisons pas attention au quotidien et ne trions pas nos déchets, ou même, les rejetons carrément sur la voie publique, dans un caniveau, une rivière, un bord de route, sur la plage…

    Et bien sûr la gestion de nos déchets reprise au niveau local, régional et national. La France est à ce titre bien mauvaise élève et d’après le rapport, le plus gros producteur de déchets plastiques du pourtour méditerranéen, dont une bonne partie se retrouve à la mer.

    Pollution plastique

    Le plastique, c’est pas fantastique

    Quelques chiffres qui font froid dans le dos :

    • 5,7 millions de tonnes de plastiques produits en France en 2016 (1,4 % de la production mondiale de plastique)
    • Ce qui entraîne 4,5 millions de tonnes de déchets, soit 66 kilos de déchets par habitant, rien que pour les déchets plastiques ! Et en France seulement ! Imaginez si on ajoute les déchets plastiques en provenance des autres pays bordant la mer Méditerranée…
    • Sur les 4,5 millions de tonnes de déchets, on retrouve 80 000 tonnes dans la nature et environ 11 000 tonnes dans la mer Méditerranée…
    • Recyclage : l’effort de recyclage est notable, mais 22 % du plastique consommé est recyclé
    • Ce qui laisse 78 % de plastique non recyclé que l’on doit enterrer ou brûler ou que l’on envoie discrètement chez un voisin moins regardant… tiens, pourquoi pas en Malaisie ?
    • On estime qu’au moins 1800 milliards de déchets plastiques polluent nos océans, une quantité si énorme qu’on parle d’un « 7e continent » : un énorme vortex fait de plastique, d’une surface 1,6 million de km2, qui se balade au grès des courants entre la Californie et Hawaï.

    Pourquoi la pollution des mers par le plastique est-elle si alarmante ?

    On prédit qu’à ce rythme, les océans compteront en 2050 plus de plastique que de poissons…

    La faune des mers meurt à cause du plastique : ingestion de sacs, bouchons ou bouteilles qui étouffe les poissons, mort lente des animaux pris au piège dans les filets…

    Mais ce qu’il faut savoir aussi, c’est que les poissons qui résistent à cet assaut de plastique et n’en meurent pas ingèrent des tas de microparticules en suspension dans l’eau. Microparticules de plastique qui vont directement passer dans nos estomacs et notre organisme lorsque nous dégusterons ces poissons pollués.

     Nature en danger

    Comment enrayer le phénomène de pollution plastique ?

    Il faudrait faire plus, légiférer et prendre de grandes décisions, une vision à long terme… Il faudrait… Mais malgré les cris d’alarme des scientifiques du monde entier qui voient l’état de la planète se dégrader à vitesse grand V, peu de décisions concrètes sont prises.

    Des progrès notables seraient déjà visibles avec :

    • Des normes plus strictes sur les hydrocarbures utilisés (actuellement des hydrocarbures de mauvaise qualité, moins chers et beaucoup plus polluants)
    • Une législation raffermie sur les bateaux : dégazage sauvage en mer, utilisation de vieux bateaux très pollueurs, mais aussi interdiction pour les bateaux à quai de continuer à faire tourner leurs moteurs
    • Des progrès dans le recyclage des déchets…

     Piège plastique

    Et ailleurs dans le monde, on parle aussi de pollution plastique ?

    Si la France est montrée du doigt comme étant le plus gros pollueur de la méditerranée en terme de production de déchets plastiques, les autres pays ne sont pas non plus des saints dans le domaine.

    L’Égypte est un très gros pollueur, car ses déchets ne sont pas – ou très peu collectés. L’Italie et la Turquie sont également de bien mauvais élèves.

    Tant que les lois nationales, européennes et même mondiales ne s’attaqueront pas au problème de manière prioritaire, il sera difficile de faire respecter les normes à chacun des pays. Mais heureusement, la population est alertée par les scientifiques qui poussent un grand cri d’alarme et réveillent les consciences. Il ne reste plus qu’à espérer que les changements se passent assez vite pour endiguer cette pollution massive (et les autres en cours), avant qu’il ne soit trop tard pour la planète.

    Il y a urgence pour un changement de comportement de chaque citoyen !

    À notre niveau, de simples gestes à transformer en bonnes habitudes sont déjà un premier pas vers le changement et l’amélioration :

    • Ne plus consommer de produits nocifs : notamment les produits qui contiennent des microparticules : dentifrice, shampoings, gels douche en sont friands. Si ces articles sont moins vendus, peut-être cela pourrait-il influencer les marques fabricantes et aider à la prise de conscience, en attendant que le gouvernement en place se bouge et fasse enfin passer des lois plus strictes ?
    • Ne rien jeter sur la voie publique, ou à la mer. Mettre tous nos déchets dans des poubelles et s’astreindre au tri.
    • Éviter au quotidien d’acheter les produits suremballés : barquettes plastiques, produits sous cellophane, fruits emballés à l’unité (une hérésie !). Passer au vrac et restaurer d’anciennes pratiques comme celle d’utiliser des bouteilles de verre consignées.
    • S’interdire d’utiliser des pailles en plastique, des assiettes et couverts en plastique pour nos pique-niques, passer au coton-tige en bois, abandonner les gels douche pour des savons…
    • Et boire de l’eau du robinet ! Et enfin abandonner l’eau en bouteilles plastique, ce qui non seulement aidera à réduire les déchets, mais sera bien meilleur pour votre santé si vous installez à votre domicile un système de filtration de l’eau du robinet : osmose inverse ou ultrafiltration.

     Polution méditerranée

    Pour visualiser la vidéo WWF : https://youtu.be/nouDmK5ZNOw

    Pour lire le rapport WWF : Pollution plastique en méditerranée, Sortons du piège !

    Pour aller plus loin : La pollution de la Méditerranée : état et perspectives à l’horizon 2030

     

    *Le rapport WWF porte sur 22 pays en pourtour de la mer Méditerranée : Albanie, Algérie, Bosnie-Herzégovine, Chypre, Croatie, Égypte, Espagne, France, Gibraltar, Grèce, Israël, Italie, Liban, Libye, Malte, Maroc, Monaco, Monténégro, Slovénie, Syrie, Tunisie, Turquie.

    Partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés

    Téléchargez le guide